Vers un cosmopolitisme chorégraphique ? Essai de sociologie de la danse

La danse de salon, une activité ambiguë
entre pratique artistique à caractère mondain
et science sociale à visée cosmopolite

Patrizio DESTRAZZA

Ancien élève de l’Ecole polytechnique et docteur de l’université de Caen, Patrizio Destrezza exerce actuellement comme fonctionnaire des finances publiques au sein d’un service déconcentré. Ses recherches actuelles, à caractère multidisciplinaire, le poussent à s’interroger sur les pratiques du management contemporain en lien avec sa propre expérience de la gestion locale, sa réflexion théorique sur le sujet et les diverses pratiques sociales qui l’accompagnent.

 

RésuméLa danse de salon peut se définir d’abord comme une pratique artistique avec l’exigence de perfection et de dépassement de soi propres aux professionnels. Mais elle peut être aussi regardée comme une activité à vocation sociale à la portée de la cohorte des amateurs. Elle peut aussi dans un certain sens être considérée comme une science à part entière. Reflet d’une certaine époque, de ses mœurs et de ses rites, elle peut être reliée d’abord à l’histoire. Elle fait appel aussi à la sociologie dans la mesure où elle peut parfois précéder voire annoncer certaines évolutions sociétales . Enfin, elle revêt une dimension psychologique du fait que sa pratique peut modeler en profondeur la personnalité du danseur. C’est cette thèse qui est approfondie ici, plus précisément le parallélisme entre forme chorégraphique et forme sociale, à travers un événement chorégraphique récent, le prestigieux bal de l’École polytechnique de Paris et une fresque historique à travers les âges, du moyen âge à nos jours.

 

Télécharger cet article au format PDF / Download this article in PDF


Cosmopolis, 2015/1
pp. 107-114